>
Home PaysAfrique centrale Transformation du cacao : Neo Industry SA ouvre ses portes au Cameroun

Transformation du cacao : Neo Industry SA ouvre ses portes au Cameroun

A Kékem, bassin agricole de plus 15 000 âmes situé à 175,4 km de Douala, la capitale économique du pays, une nouvelle unité de transformation de cacao d’une capacité de 32 000 tonnes vient de voir le jour.

by La Rédaction

Published: Last Updated on
NEO INDUSTRY SA ouvre ses portes au camerou
Partager ce contenu

A Kékem, bassin agricole de plus 15 000 âmes situé à 175,4 km de Douala, la capitale économique du pays, une nouvelle unité de transformation de cacao d’une capacité de 32 000 tonnes vient de voir le jour.

L’usine Neo Industry SA, puisqu’il s’agit d’elle, a été inaugurée par le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Ngute, le 26 avril 2019, en présence de plusieurs membres du gouvernement et de nombreux acteurs économiques. Entièrement équipée par l’entreprise allemande Buhler, leader mondial dans la fabrication des équipements de l’industrie chocolatière, l’usine agro-industrielle ambitionne de transformer 32 000 fèves de cacao afin d’obtenir 12 000 tonnes de beurre, 6 000 tonnes de poudre et 6 000 tonnes de masse. Coût de l’investissement : 20 milliards de FCFA, dont 13 milliards de FCFA mis à disposition par la Société commerciale de banque (SCB Cameroun), filiale locale du marocain Attijariwafa Bank, 1,2 milliard qui vient des pouvoirs publics et 6 milliards de FCFA qui constitue la garantie qu’apporte le fonds de garantie de la Banque africaine de développement (BAD), l’African Guarantee Fund (AGF).

A LIRE :  Entreprenariat jeune en Afrique : La création d’emplois et l’autonomisation au centre de la 5ème édition de la TEF 2019

L’industriel camerounais Emmanuel Neossi est le porteur de ce  projet, qui  va générer plus de 1000 emplois temporaires et 825 emplois permanents, dont 350 sont déjà effectifs. « Ses principales infrastructures de transformation sont logées à Kékem, tandis que les structures de stockage sont localisées à Moumé, Chouaffé, Kékem et Douala », précise un communiqué de presse parvenu à notre Rédaction. D’ici à 2020, cette nouvelle unité entend transformer jusqu’à 50% de la production  nationale qui est d’environ 230 000 tonnes l’année ; ce qui permettra d’aller au-delà des 25% de fèves jusqu’ici broyées annuellement.

RECOMMANDES POUR VOUS