>
Home Markets And TrendsMarchés Mondiaux Reprise Post-Covid : la production manufacturière mondiale reste solide malgré un léger recul en janvier 2021

Reprise Post-Covid : la production manufacturière mondiale reste solide malgré un léger recul en janvier 2021

Selon le J.P.Morgan Global Manufacturing PMI™ publié par l’IHS Markit, cette solidité est portée par Taïwan, les États-Unis, les Pays-Bas et l’Inde.

by Serge D. Bontsebe

Published: Last Updated on
Partager ce contenu

Selon le J.P.Morgan Global Manufacturing PMI™ publié par l’IHS Markit, cette solidité est portée par Taïwan, les États-Unis, les Pays-Bas et l’Inde.

Les directeurs des achats des entreprises taïwanaises, états-uniennes, hollandaises et indiennes ont donc continué d’utiliser leurs carnets de bons de commande, malgré la crise. L’indice PMI élaboré par la holding financière américaine J.P. Morgan Chase Co. pour le mois de janvier et publiée le 1er février 2021 par l’IHS Markit, indique que ce sont les entreprises manufacturières de ces pays qui ont maintenu cet indice global à 53,5. Si ce dernier se stabilise à son plus bas niveau depuis trois mois en perdant quelques centimes par rapport à décembre 2020, où il a été consolidé à 53,8, il reste globalement solide. «Il est resté à l’un de ses plus hauts niveaux de ces trois dernières années» souligne l’IHS Markit. Preuve que la pandémie liée à la Covid-19 qui a asséché la demande globale de biens et services et notablement perturbé les chaînes logistiques internationales, n’a pas sapé le moral de tous les producteurs.

A LIRE :  Nigeria-Ghana: CardinalStone Capital Advisers Opens a Special Fund of $64 million

La note de conjoncture de l’IHS Markit précise que sur les 30 pays pour lesquels des données de janvier étaient disponibles, 23 indices PMI ont été enregistrés au-dessus de 50,0 (ce qui traduit une expansion de l’activité) contre seulement six contractions. « La croissance a été soutenue par Taïwan, les États-Unis, les Pays-Bas et l’Inde, tandis que les reprises se sont poursuivies en Chine et dans la zone Euro (en moyenne). L’indice PMI pour le Japon, l’Espagne, la Thaïlande, la Malaisie, le Kazakhstan et Myanmar sont en nette contraction, alors que l’indice PMI de la Grèce a stagné à 50,0», écrit encore l’IHS Markit.

Dans le même temps, note la même source, la production manufacturière mondiale et les nouvelles commandes se sont encore redressées en janvier 2021, poursuivant leur dynamique haussière pour le septième mois consécutif, même si, souligne le rapport, leurs taux de croissance ont légèrement perdu de vigueur pour le deuxième mois consécutif, du fait d’une presque stagnation des nouvelles commandes internationales.

A LIRE :  Déficit de la main d’œuvre qualifiée : L’Afrique, le nouvel Eldorado des Business Schools occidentales et africaines

Disparités

Toutes ces évolutions ont eu des conséquences pertinentes sur d’autres indicateurs suivis par l’enquête, comme les livraisons, les stocks et l’emploi. S’agissant de ce dernier indicateur, l’indice PMI publié hier par l’IHS Markit observe que le marché de l’emploi dans le monde a globalement poursuivi ses efforts de stabilisation en janvier 2021. Avec toutefois, des trajectoires différentes selon les segments. Si, après 11 mois de déclin, le niveau global d’ouverture de postes a continué de progresser pour le deuxième mois consécutif, des disparités interbranches sont observables.

Selon l’IHS Markit, les créations d’emplois chez les producteurs de biens intermédiaires et d’investissement ont été «largement» contrebalancées par des destructions «massives» d’emplois  dans les industries de production des biens de consommation. « Parmi les plus grandes nations couvertes (par l’enquête, ndlr), les États-Unis et le Royaume-Uni ont vu leur offre d’emploi croître, contrairement à la baisse enregistrée en zone Euro, en Chine et au Japon», précise la même source.

A LIRE :  Germain Salla : « L’Afrique doit former les jeunes pour sa propre économie »

Globalement donc, même s’il ne s’agit que d’un premier indicateur, qui plus est un indicateur psychologique, le premier mois de 2021, année du repositionnement stratégique et opérationnel pour les entreprises selon les analystes, avant une reprise annoncée par les prévisionnistes les plus optimistes (OCDE, entre autres), pouvait être pire. Et c’est déjà cela.

 

RECOMMANDES POUR VOUS

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités
INVESTORS4AFRICA
Overlay Image