>
Home PaysAfrique de l’Ouest Nigeria : l’activité continue de se redresser, et les entreprises s’attendent à voir la consommation poursuivre sa croissance

Nigeria : l’activité continue de se redresser, et les entreprises s’attendent à voir la consommation poursuivre sa croissance

Selon l’enquête d’opinion réalisée au cours du mois de janvier 2021 par la Stabic IBTC Bank auprès des entreprises nigérianes, et précisément auprès de leurs directeurs d’achats, ces derniers se disent optimistes sur la croissance de l’activité économique dans leur pays sur le très court terme, comme sur le reste de l’année 2021.

by Serge D. Bontsebe

Published: Last Updated on
Partager ce contenu

L’indice PMI réalisé par la Stabic IBTC Bank auprès des directeurs d’achat au cours du mois de janvier du pays indique que les patrons nigérians restent confiants dans la dynamique expansionniste de cette économie.

Selon l’enquête d’opinion réalisée au cours du mois de janvier 2021 par la Stabic IBTC Bank auprès des entreprises nigérianes, et précisément auprès de leurs directeurs d’achats, ces derniers se disent optimistes sur la croissance de l’activité économique dans leur pays sur le très court terme, comme sur le reste de l’année 2021. L’indice PMI global, qui mesure la perception qu’ils ont des conditions et des perspectives économiques de leur pays d’un mois à un autre (cet indicateur, très attendu par les traders boursiers et les investisseurs, est renseigné jusqu’à 100. En dessous de 50, il traduit une décroissance mensuelle de l’activité, au-dessus, il indique une augmentation de l’espace économique d’un mois à un autre dans un secteur ou dans un pays) s’est inscrit à 50,7 en janvier, alors qu’il a été enregistré à 51,8 en décembre 2020. Pour le deuxième mois consécutif, cet indicateur montre que le redressement de l’activité au Nigéria se poursuit, malgré un léger fléchissement.

A LIRE :  Marché hôtelier africain : Une niche pour les grandes enseignes internationales

[button title=”A Lire aussi” link=”https://www.investors4africa.com/2021/02/04/post-covid-lunion-africaine-et-locde-misent-sur-le-numerique-pour-relancer-leconomie-africaine/” target=”_blank” align=”left” icon=”” icon_position=”” color=”#FF0000″ font_color=”#ffffff” size=”2″ full_width=”” class=”” download=”” onclick=””] Post-Covid : l’Union africaine et l’OCDE misent sur le numérique pour relancer l’économie africaine

De cette enquête, trois faits majeurs sont à retenir: les nouvelles commandes ont progressé, quoique doucement ; le nombre d’employés a reculé ; les prix à la production et à la vente finale continuent de progresser à un rythme substantiel.
S’agissant des nouvelles commandes, qui traduisent les prévisions optimistes des entreprises en matière de croissance de la demande (de tous les types de biens et services), celles-ci ont continué de progresser au cours du premier mois de l’année 2021. «L’augmentation de l’activité a conduit les entreprises à augmenter leurs achats, bien qu’à un rythme plus doux», rapportent les enquêteurs. Par voie de conséquence, notent-ils, les stocks d’intrants continuent d’augmenter, comme l’attestent certains interviewés, qui ont fait part de leurs efforts d’inventaires après une période de perturbation de l’approvisionnement. De plus, note le rapport, «des routes plus calmes et une rude concurrence entre les fournisseurs ont conduit à des délais d’attente de livraison plus courts». Les capacités des unités de production n’ayant guère été entamé par la pandémie, la production des biens et services (d’investissement, intermédiaires et de consommation) devrait poursuivre son redressement tout au long de l’année. C’est en tout cas ce à quoi s’attendent et se préparent les entreprises privées nigérianes.

A LIRE :  Vêtements et chaussures : Un marché de 31 milliards de dollars pour l’Afrique subsaharienne

Les intervieweurs de la Stabic IBTC Bank, qui fait partie de la Standard Bank Group, ont cependant noté une augmentation des prix des facteurs de production, et, dans le même temps, celle des prix de la production et des prix à la vente. La dernière a donc eu le don de doper les nouvelles commandes, on l’a vu, la première a eu pour conséquence immédiate, selon les enquêteurs de la Stabic IBTC Bank, une réduction de la demande de travail, et même la destruction de plusieurs postes d’emplois. Confrontés à une augmentation des prix des intrants, plusieurs entreprises ont dû, pour limiter l’expansion de leurs coûts de production, se séparer de certains employés.

A LIRE :  Pétrole : Rystad Energy annonce une hausse de 12% des activités mondiales de forage en 2021

RECOMMANDES POUR VOUS

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités
INVESTORS4AFRICA
Overlay Image