>
Home PaysAfrique centrale Gabon : La croissance économique attendue à 4% en 2021

Gabon : La croissance économique attendue à 4% en 2021

Selon le FMI et la banque mondiale, le pays devra renforcer ses politiques d'investissement pour atteindre cette performance annoncée par le Président gabonais.

by Madeleine Maxime Kana

Published: Last Updated on
Crédit Photo Direct Infos Gabon
Partager ce contenu

Selon le Président gabonais, Ali Bongo Ondimba, l’économie du Gabon devrait s’accroitre de 4% en 2021, malgré les effets de la crise sanitaire. « Notre PIB s’est contracté d’environ cinq points par rapport à 2019, pour se situer entre –1% et –2% en 2020. Dans le même temps, nos recettes budgétaires ont baissé́ d’environ 4 points du PIB par rapport à 2019, et nos dépenses de 1,5 point, malgré́ la hausse des dépenses de santé, nécessaires pour lutter contre la pandémie de Covid 19. Toutefois, comparativement à certains pays du continent, le Gabon montre de meilleurs signes de résilience. Résultat, 2021 devrait être une année de forte reprise. Nous tablons sur une croissance de 4 % », explique-t-il.

A LIRE :  Vêtements et chaussures : Un marché de 31 milliards de dollars pour l’Afrique subsaharienne

Pour atteindre cette performance, le Gabon mise sur les secteurs forestier et minier, même si ces secteurs n’ont pas cessé de reculer entre 2010 et 2019.  La part du bois et du pétrole dans le PIB est en effet passée de 42,2 % en 2010 à 32,7 % en 2019. Aussi, le président annonce la signature de conventions avec de nouveaux partenaires d’Asie, du Moyen-Orient, d’Afrique, de Russie et de Turquie.

Toutefois, selon le FMI et la Banque Mondiale, « les perspectives pour 2021 sont incertaines car elles dépendent largement de la situation sanitaire mondiale (Europe, Asie). Un rebond (+2% PIB) dans le sillage d’une reprise de l’activité mondiale est attendu. Mais plus globalement, cette crise révèle, une nouvelle fois, l’exposition de l’économie gabonaise aux chocs exogènes. Les politiques visant à diversifier l’économie ne sont pas encore de nature à amortir les chocs en cas de défaillance du secteur pétrolier. »

A LIRE :  Informatique : Holberton à l’assaut du florissant marché africain de la formation

Du moins, pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire sur l’économie gabonaise, le FMI et la Banque Mondiale appellent à miser sur l’investissement. « Dans un contexte budgétaire difficile, ces politiques (des politiques en faveur de l’investissement, ndlr) devront être poursuivies et développées, ce qui implique de renforcer l’attractivité du pays pour attirer les investisseurs étrangers (le Gabon est classé au 169ème du Doing business 2020, 128ème au Transparency international 2019).

RECOMMANDES POUR VOUS