>
Home PaysAfrique de l’Ouest En pleine mise en œuvre de la ZLECAF, la Côte d’Ivoire formalise le démantèlement tarifaire des produits importés de Grande Bretagne

En pleine mise en œuvre de la ZLECAF, la Côte d’Ivoire formalise le démantèlement tarifaire des produits importés de Grande Bretagne

L’Ordonnance relative à ce démantèlement a été adoptée lors du dernier Conseil des ministres de ce pays.

by Serge D. Bontsebe

Published: Last Updated on
Partager ce contenu

Le dernier Conseil des ministres de Côte d’Ivoire tenu le 3 février 2021 a adopté, selon le communiqué de presse qui l’a sanctionné, une «ordonnance portant mise en œuvre des première et deuxième phases du démantèlement tarifaire dans le cadre de l’Accord de Partenariat Économique entre la Côte d’Ivoire et le Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord ainsi que son projet de loi de ratification».

«Conformément à l’offre d’accès au marché prévue dans l’Accord de Partenariat Economique entre la Côte d’Ivoire et le Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, les deux premières phases de démantèlement tarifaire couvrent les périodes 2019-2020 et 2021-2023, pour un total de 2305 lignes tarifaires», précise le communiqué de presse, qui ajoute que «la première phase, correspondant à la période 2019-2020, ayant été mise en œuvre dans le cadre de l’APE CI/UE, le calendrier de la libéralisation suit son cours».

Au cours du même Conseil des ministres, le gouvernement ivoirien a également adopté un projet de loi de ratification relatif à l’Accord de Georgetown révisé de 2019 (Accord Union Européenne-Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique).

A LIRE :  Côte d’Ivoire : des perspectives à moyen terme favorables, en dépit des risques baissiers

«L’Accord de Georgetown signé au Guyana, en juin 1975, est l’acte constitutif du Groupe ACP, formé par 46 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, en vue de négocier ensemble et de coordonner la mise en œuvre des accords de coopération avec la Communauté européenne», écrit le communiqué du gouvernement ivoirien. «L’accord révisé, poursuit-il, transforme le Groupe des Etats ACP en une organisation Internationale aux fins de l’adapter au contexte géoéconomique international et de prendre en compte au mieux les problématiques du développement dans toutes ses dimensions. Ainsi, ce nouvel accord dote non seulement le groupe d’organes et de mécanismes de nature à assurer la viabilité et la pérennité de l’organisation, mais étend également ses missions aux défis et aux enjeux globaux tels que l’environnement et le changement climatique ainsi que la paix et la sécurité».

Positionnement stratégique

La Côte d’Ivoire renforce ainsi ses relations commerciales privilégiées avec l’Europe (Union européenne et Royaume Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord). Selon les traités commerciaux qui régissent ces relations, la Côte d’Ivoire importe l’essentiel des biens (d’investissement, intermédiaires et de consommation) en franchise de douane.

A LIRE :  Editorial : Pourquoi investir aujourd’hui en Afrique

S’agissant des biens de consommation, cela lui permet de sauvegarder le pouvoir d’achat des ménages et de maintenir par cette même occasion, les salaires à des niveaux favorisant l’industrie du pays. S’agissant des biens d’investissement et des biens intermédiaires, leur importation sans droits de douane ou à des tarifs douaniers réduits permet à l’industrie manufacturière ivoirienne, de bénéficier de faibles coûts d’accès aux facteurs de production, ce qui lui garanti un avantage compétitif par rapport aux industries des pays du continent ne bénéficiant pas de ce type d’accords commerciaux.

Or, ce sont ces relations privilégiées des pays ACP (Afrique Caraïbe pacifique) avec l’Europe, qui constituent l’un des facteurs bloquants de la mise en œuvre de la Zone de libre échange continentale (ZLECAf). S’approvisionnant à bas coûts, les industries de ces pays vont à la conquête du vaste marché africain (1,3 milliards de consommateurs) avec un réel avantage, ce qu’ont toujours dénoncé les pays non membres du groupe ACP.

A LIRE :  Jean Claude Yanava : « The growth rate of the slum population in Africa stands at 4.5% annually »

Le soin que le gouvernement ivoirien met à renforcer ces relations privilégiées, quelques semaines seulement après l’entrée en vigueur de la ZLECAf, dissimule mal une volonté des autorités du pays, de se positionner favorablement dans la concurrence que va induire l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange continental.

 

RECOMMANDES POUR VOUS