>
Home Investing In africa Co-Op Bank mobilise 10 millions de dollars pour le développement des entreprises agricoles au Kenya

Co-Op Bank mobilise 10 millions de dollars pour le développement des entreprises agricoles au Kenya

C'est auprès du fonds d'investissement Eco Business Fund, que la banque commerciale Co-Op Bank a levé ces ressources qui lui permettront de financer les sociétés et coopératives agricoles du Kenya.

by Madeleine Maxime Kana

Published: Last Updated on
Crédit Photo Co-Operative News
Partager ce contenu

Selon le Fonds d’investissement américain Eco Business Fund, cet investissement est sa toute première opération au Kenya.  Le président du Conseil d’administration d’Eco Business Fund, Jens Mackensen exprime sa satisfaction: « Nous sommes ravis de notre premier investissement au Kenya, un pays riche en opportunités. Ce nouveau partenariat avec Co-op Bank promet d’être fructueux, car la Banque est bien placée pour agir comme un catalyseur de pratiques de production durables. Ce n’est qu’en fournissant un financement adapté au secteur agricole que nous pourrons générer un impact environnemental et social positif ». 

Co-Op Bank Kenya, troisième plus grande banque commerciale du pays, prévoit avec ce financement investir dans les entreprises agroalimentaires et les sociétés coopératives agricoles. Sur le marché de l’agro-alimentaire, la banque veut continuer de s’imposer en tant que financier du secteur, même si elle a diminué ses investissements par le passé. En 2020, contrôlée à hauteur de 64,56 % par la Co-op Holdings Society, elle  n’a accordé que 1,9 % du total de ses prêts au secteur agricole. En revanche, dans le même temps, l’établissement a accru son exposition aux secteurs du commerce, des services financiers, du transport et de l’énergie.

A LIRE :  Le gouvernement inaugure sa centrale de production électrique de 300 MW à hauteur de 393 millions de dollars

Le Kenya est l’un des pays d’Afrique Sub Saharienne ou les investissements dans le secteur agricole demeurent encore bas. Et pourtant, la filière emploie 75 % de la population rurale, représentant 34 % du PIB. Selon l’analyse d’Eco Business Fund, ce déficit de financement limite la capacité des producteurs et transformateurs à investir dans des pratiques de production durable du pays.

RECOMMANDES POUR VOUS